Le Maine Coon

Les Origines du MAINE COON :


Le livre: « The Book of the Cat » de F. Simpson, datant de 1903, révèle qu’en 1861, les habitants du Maine possédaient déjà ces chats à poils longs, mais qu’ils étaient bien incapables de se rappeler de quelle manière les chats étaient arrivés chez eux.
Comme l’explique la littérature, cette variété de chat s’est manifesté et côtoie les habitants du Maine depuis si longtemps que peu d’intérêt est porté à ses origines.
Les chats du Maine étaient aussi appelé « Maine Shags » et « Snugheads » « bonnes bouilles »
En ces temps, le Maine était l’un des plus grands états de construction navale dans l’union et bon nombre de résidents des villes possédaient leurs navires personnels.
Cela leur permettait de naviguer vers l’étranger avec femme, enfants et animaux de compagnie.

Avant que le chat ne représente un enjeu financier, les chatons étaient couramment offerts par les habitants aux amis qui leur rendaient visite, ce qui a permis de faire circuler différents types tels que: Chat du Maine, Persan, petit chat sauvage, chat Manx de l’île de Man…
Cela donne des indices sur les origines et l’apparition de différentes variétés dans le Maine…

De cette façon, beaucoup de chats et de chiens ont transité de port en port et ont fondé leurs lignées sur beaucoup de villes côtières.

Les propriétaires de l’époque en savaient généralement très peu sur la provenance de leur chat, au mieux, ils pouvaient éventuellement savoir de quel pays venait l’un des ascendants, mais guère plus.

Les premières grandes expositions félines américaines ont été organisées vers 1870 à Boston, New York, Philadelphie… Dans ces années-là, tout chat pouvait concourir en exposition et bien souvent les gagnants n’avaient pas de pedigree du tout. A cette époque, dans l’état du Maine, sur ce territoire ou les chats pouvaient évoluer librement, naturellement, inhaler un air sain « bourré d’ozone », profiter de la fraîcheur du climat et de la longueur des hivers, sans la pression d’une présence humaine omniprésente et sans mariages forcés, on pouvait trouver énormément d’excellents, voir, parfaits spécimens de chat à poils longs.

Pendant de nombreuses années, les chats aux poils longs n’apparaissaient qu’aux alentours des villes côtières, mais leurs dons aux « familles et amis » ont permis une dispersion dans presque tous les États de l’Union.



Vers 1895-1896, le « virus de l’animal de compagnie » touche toutes les classes sociales, tout le monde veut son chat et chacun accède à son désir de multiples façons: Adoption de chats des rues, dons, certains se débrouillaient même pour aller les chercher à l’Est ou en faire venir en ayant vus de semblables lors d’expositions, ce qui a contribué à les rendre populaires.
Des clubs se sont formés pour partager points de vue et connaissances, ainsi de multiples spécificités sont devenues des « traits de valeur » et la recherche de chats possédant ces critères va débuter…

Alors que les expositions sont devenues incontournables, la demande pour la « production » de chatons étant en croissance, les prix des chats vont augmenter significativement.

Jusqu’au début du vingtième siècle, la popularité du chat du Maine ne va cesser de croître.



Ensuite il sera progressivement oublié jusqu’en 1950 au profit du persan et du siamois qui deviennent à la mode.

Le Maine shag a été délaissé parce que jugé trop rustique et pas assez « exotique ».

En 1953, deux éleveurs fondent le « Central Maine Coon Cat Club », la race doit son 1er standard à ce club.

Le Maine Coon va retrouver sa popularité d’autrefois en 1960.

Les différents standards sont ajustés au niveau national en 1972.

L’introduction du chat Maine Coon en Europe date de 1981.

Quelles sont les hypothèses sur les origines du Maine Coon ?

Le Maine Coon est considéré comme appartenant et faisant partie intégrante de l’état du Maine dont il est le chat officiel.

D’où vient le Maine Shag, ce solide chat de grande taille au museau carré à fourrure mi-longue avec des oreilles surmontées de lynx-tips ?

La légende la plus populaire qui définit ce chat comme le résultat d’un croisement entre chats sauvages et ratons laveurs, deux races biologiquement incompatible, est à connaître, mais à mettre de côté.


Un autre mythe raconte que le Maine Coon descendrait des chats de Marie Antoinette.

D’après l’histoire, ces fameux chats auraient été ramenés par le capitaine Samuel Clough dont la mission aurait été de sauver la reine de l’exécution.
Comme tout le monde le sait, il a échoué et seuls les chats ont rejoint le Maine…
Il existe d’autres histoires, mais elles présentent peu d’intérêt…

De nos jours, la majorité des éleveurs de Maine Coon aux Etats-Unis s’accordent sur la théorie d’un mélange entre les chats de l’époque qui vivaient aux Amériques avec des chats à poils mi-longs importés par des marins de la Nouvelle Angleterre, ou avec des chats à poils longs ramenés par les vikings lors de leurs expéditions sur le continent Américain.

Cette hypothèse paraît très probable, l’histoire démontre que les grands chats à poils mi-longs tels que Sibériens, Turcs du lac de Van, Norvégiens et Maine Coon sont apparus dans des endroits ayant été colonisés et occupés par des Vikings.

C’est sûrement aux occasions de longues escales que certains des chats qu’ils emmenaient sur leurs bateaux (pour la protection des vivres, des voiles et tout ce qui se ronge…) en profitaient pour proliférer avec les chats du secteur.

Des chats qui durant les arrêts d’une saison hivernale ou plus ne se contentaient assurément pas d’attendre à bord. Comme les humains, ils ont sans doute eux aussi voulu profiter des nouveaux rivages et certainement qu’au moment du départ des vikings vers le Groenland, plusieurs chats sont restés sur place et sont retournés à l’état sauvage.

Ces derniers se seraient reproduits et seraient devenus la base de la race Maine Coon.

-La race Maine Coon telle que nous la connaissons aujourd’hui provient essentiellement de 5 chats. Ce sont les chats fondateurs qui ont été utilisés pour édifier le type de la race (Top 5).
-La multitude de croisements entre ces 5 chats et leurs descendants a inévitablement fait grimper le taux de consanguinité jusqu’à le rendre très important (d’où l’utilité d’inclure l’Outcrossing, dans les programmes d’élevage afin de prendre part à l’amélioration des ressources génétiques de la race).





Quel est le caractère et les caractéristiques du MAINE COON ?



Le Maine Coon est un chat d'une grande douceur, au caractère calme et particulièrement sociable.
Il n'aime pas la solitude et apprécie grandement la compagnie humaine et animale.

Un Maine Coon bien équilibré est un chat affectueux, reconnaissant, curieux, très proche « de son, ou ses humain(s) » qu’il adore observer calmement..
Pour lui, rien de pire que la solitude ou l'indifférence. Si votre travail vous oblige à vous absenter de longues heures de la maison, ce doux géant au coeur tendre appréciera un compagnon, pas obligatoirement un autre chat d'ailleurs… Il est cependant doté d’un caractère très malléable.
On le dit "chat-chien" du fait qu'il ait tendance à suivre son « humain » partout où il va.

Bref, c'est le chat de compagnie par excellence et on s'habitue très vite à cette présence amicale.
Par nature, c’est un félin très chasseur, mais il sait s’adapter et être heureux en appartement.

D’humeur contrariée, son côté calme le poussera à se mettre à l’écart plutôt que d’user de ses « armes » (griffures, morsures).

Il aime jouer avec tout ce qui lui tombe sous la patte (stylo, bouchons, clefs laissées à sa portée…)

On peut aussi l’observer s’amuser à faire des remous avec sa patte dans sa gamelle d’eau avant de boire, en léchant l’eau recueillie sur ses poils interdigitaux.
Il aime plonger dans l’eau: croquettes ou autre objet…
Son miaulement est très caractéristique. Beaucoup de personnes sont surprises car ce chat imposant qui se manifeste par un roucoulement doux, émis sur différents tons, pour communiquer avec son maître.

Le format et caractéristiques : Quelles sont les tailles que le chat Maine Coon peuvent atteindre ? Quelles sont les caractéristiques de la race ?


Surnommé le « Doux Géant », le Maine Coon est un chat à croissance lente, qui atteindra sa taille adulte entre 3 et 4 ans.

Les mâles, travaillés pour leur gabarit, atteignent facilement un poids de 8 à 10 kg et les femelles de 5 à 7 kg. Les très gros sujets peuvent atteindre des poids allant jusqu’à 13 kg.

Considéré comme le plus imposant des chats domestiques, le Maine Coon est un chat à poil mi-long, au corps rectangulaire et à la musculature puissante. Les mâles sont notablement plus grands que les femelles. La tête est de taille moyenne avec un fort museau carré, bien détaché des pommettes, et de grandes oreilles portées haut sur la tête.
Les plumets « à la lynx » (Tips) situés à la pointe des oreilles sont recherchés et appréciés.
La queue est longue et bien fournie. La fourrure, plus courte sur les épaules, s’allonge graduellement sur les côtés. Une collerette sous la gorge et une culotte sont appréciées.
La texture du poil est soyeuse et le sous-poil fin.

Au début de l’élevage américain, seuls les chats brown tabby avaient le droit de porter le nom de Maine Coon, les autres chats n’ayant droit qu’à l’appellation de Maine Shag (shag signifiant « touffu »). Aujourd’hui, de nombreuses robes sont acceptées.

Espérance moyenne de vie ? Entre 12 et 16 ans. Au niveau du gabarit, la différence entre un mâle et une femelle peut être impressionnante.

Il en ressort également des styles bien différents entre les deux :

Les filles : Elles ne sont pas sans rappeler la prestance des lionnes, d’attitude et de démarche digne, souple, puissante et élégante.
Les garçons : À l’opposé de la légèreté et de l’aisance du déplacement des femelles, ils sont très patauds et plutôt maladroits.
Ils devront patienter jusqu’à leur maturité avant de maîtriser pleinement leur gabarit.


La couleur des yeux : Jaune, cuivre, vert et doré, dans toutes leurs nuances, sans aucun rapport avec la robe. Les yeux vairons sont acceptés uniquement chez les Maine Coons blancs ou particolores.